Les Français

 

Forget et la "conquête discrète"

 

Guy Forget l'a annoncé : ils seront sept à partir en stage à Saint-Cyprien dans le cadre de la préparation à la finale de la Coupe Davis : les éclopés, les convalescents, les prétendants aux meilleurs places avec J-W Tsonga, G. Monfils, G. Simon, M. Llodra, A. Clément, R. Gasquet et J. Benneteau.

A BELGRADE AVEC UN VRAI N.1

Non seulement Gaël Monfils a assuré comme un beau diable à Bercy, confirmant qu'il était ces derniers mois le Français le plus en vue en l'absence de Jo-Wilfried Tsonga, mais il a subtilisé, sans le vouloir, le leadership tricoloe au classement ATP. Monfils, qui a aussi battu Tsonga à Montpellier, est 12e mondial ce lundi, juste devant JWT, 13e. Un symbole comme un autre, sans valeur ajoutée pour Guy Forget et qui ne légitime rien, mais qui sonne juste. Après sa défaite en finale de Bercy, Forget soulignait la performance globale de Monfils: "Malheureusement, sur la finale, Robin Söderling a été plus percutant, Gaël manquait certainement un peu de ressort et il a pris un mauvais départ, ce qui ne pardonne pas sur ce genre de surface. Mais il faut se souvenir de son début de tournoi où il était moribond. Il est allé ensuite crescendo. [...] Maintenant, il faut se reposer, et attendre que la magie de la Coupe Davis opère."

N.2, LE CHOIX DU MOMENT

Après les quarts de finale de Bercy et sa victoire sur Novak Djokovic, un vent de folie tournoyait autour de Michaël Llodra, qui produisait le meilleur tennis de sa carrière, sans pour autant être exceptionnel. Avec une telle réussite, on s'amusait à imaginer que la sélection de Guy Forget n'aurait plus eu grand intérêt : Llodra allait prendre les trois points à Belgrade. Il faut pourtant revenir sur terre, et pas sur du Gerflor (marque du revêtement super rapide de Bercy). La concurrence sera rude entre Gilles Simon et Michaël Llodra pour la place de N.2, mais saine, car les deux joueurs offrent des solutions assez différentes selon le contexte. Sur surface relativement lente, Simon semble capable de tenir la cadence. En version offensive, l'équipe de France peut présenter un Llodra tout feu tout flamme. Le risque ? Griller le double.

Qu'en dit Guy Forget aujourd'hui ? Rien sur le choix, tout le monde maintenant l'a rabâché, cela se décidera lors de la dernière semaine. Le capitaine préfère rappeler qu'il a été et est toujours attentif à l'attitude de ses joueurs : "Je retiens celle de Gaël face à Murray par exemple, je me suis rendu compte qu'il y a avait un élan commun, assez fort pour tirer vers le haut tout le monde." Et quand on pense à Llodra à Bercy, ou encore à Simon face à Davydenko à Valence, on pense qu'ils sont tous les deux irréprochables. Seul grande différence : Simon n'a pas gagné un match décisif (2 victoires, 2 défaites) en Coupe Davis, Llodra a gagné un point décisif.

LE SOUTIEN SANS FAILLE DES COLLEGUES

A Saint-Cyprien, ils seront sept. Pas sept mercenaires, mais l'inverse, sept joueurs soudés pour faire honneur aux vieilles devises. L'ère des Mousquetaires ou même néo-Mousquetaires étant vieux jeu, ils seront sept pour quatre places, mais sept solidaires. La preuve en est que Guy Forget a écouté les voeux de tout le monde : Jo-Wilfried Tsonga, forfait et Julien Benneteau, qui n'a pas encore testé son poignet ni joué un match depuis l'US Open. "Quand je parle de dynamique positive, je parle de tout le monde, souligne Forget. A Lyon, c'était symbolique de les voir tous dans les tribunes s'encourager. C'est bien de les avoir tous ensemble lors du stage".

UNE CONQUETE DISCRETE

Le soutien interne, Guy Forget l'aura. L'esprit conquérant, c'est autre chose. Sans Tsonga, il faudra une préparation spécifique pour son groupe. Et les mots choisis par le capitaine en disent beaucoup sur la difficulté de la tâche : "Il faudra les provoquer discrètement, sans exciter le public de Belgrade." Pour les former aux difficultés possibles pendant la rencontre, Guy Forget a confirmé qu'il ne ménagerait pas les nerfs des joueurs pendant les entraînements. Plus globalement, un travail sur les "options tactiques" sera, essentiellement, au programme lors du stage, et Forget de préciser que le jeu offensif, celui qui a peut-être manqué à Monfils dimanche, en ferait partie.

 

 

Forget appelle Gasquet

 

Guy Forget a retenu Richard Gasquet comme 5e joueur-remplaçant dans l'équipe qui affrontera l’Allemagne au premier tour de la Coupe Davis, à Toulon (5 au 7 mars).

Sélectionné comme remplaçant pour épauler Jo-Wilfried Tsonga, Gaël Monfils, Julien Benneteau et Michaël Llodra, Gasquet a jusqu'au jeudi précédent la rencontre pour convaincre le capitaine Guy Forget de l'intégrer dans l'équipe définitive de quatre joueurs. Le choix de Gasquet est une relative surprise dans la mesure où le Biterrois, qui en a terminé avec une tournée sud-américaine sans gloire (une victoire en un mois), semble d'abord concentré en ce moment à relancer sa carrière individuelle, détraquée par son contrôle positif à la cocaïne en 2009.

Son élimination au deuxième tour du tournoi d'Acapulco mercredi lui permet cependant de disposer de suffisamment de temps pour digérer le voyage retour et le décalage horaire d'ici le rassemblement de l'équipe de France ce week-end. Le France partira largement favorite face à l'Allemagne privée de son N.1 Tommy Haas. Elle s'est fixée l'objectif de gagner une dixième Coupe Davis dans les deux ans qui viennent, n'a plus franchi le cap des quarts de finale depuis 2004 et a dû sauver sa place dans le groupe mondial en barrages en 2009.

 

 

Tennis - Coupe Davis

29/11/2010 - 13:53 - Mis à jour le 29/11/2010 - 18:39

Monfils, leader à part

Insaisissable, imprévisible selon ses propres mots, Gaël Monfils est à Belgrade le leader de l'équipe de France de Coupe Davis. C'est lui qui est indiscutable en simple, c'est lui le N.1 français. Excessif ou plus éteint, il ne fera pas du Tsonga. Guy Forget témoigne.

L'équipe de France avait trouvé sa locomotive en la personne de Jo-Wilfried Tsonga, elle a trouvé son grand huit avec Gaël Monfils. Un joueur qui transforme ses matches voire ses saisons en montagnes russes (ou serbes en l'occurrence) et donne le tournis aussi bien à ses adversaires qu'à son staff. Il se qualifie lui-même de "bizarre", remarque que "ce qui est chiant" avec lui, c'est son "côté imprévisible". Il laisse souvent perplexe. Guy Forget y compris. "Gaël, plus que tous les autres, c'est quelqu'un que tu gères au quotidien. Je ne dirai pas d'une demi-journée à l'autre, mais c'est difficile de planifier avec lui sur la durée. A plus forte raison sur une fin de saison. Ce n'est pas simple pour moi, mais ce n'est pas simple pour lui non plus. Tout le temps... Faire le yoyo..."

"On repousse la charge de travail prévue, on repousse, on repousse..."

Gaël Monfils mène sa barque, il ne mène pas encore l'équipe de France comme on dirige un porte-avions. Sous les ordres d'un capitaine qui commence à mieux le cerner, Monfils est fidèle à lui-même. Cela peut-il pénaliser l'équipe de France ? "Heureusement, on s'adapte, explique le capitaine. Lionel Roux, qui est en contact avec tous les entraîneurs, assure le relais entre son staff et celui de la Coupe Davis. Moi, je suis en contact avec Roger Rasheed que je croise sur le circuit toute l'année.  Quand il nous dit qu'il n'est pas bien, on repousse la charge de travail prévue. On repousse, on repousse, on repousse..." Malgré dix jours de préparation, "l'idée c'était surtout de ne pas prendre trop de retard."

A Saint-Cyprien, il n'y a finalement pas eu de problème. C'est que Forget connaît "mieux" le gaillard : "Monfils est comme ça tout au long de l'année. Son staff gère ce genre de choses tout au long de l'année. Il est parfois excessif dans l'engagement physique et il a eu plein de petits pépins. Depuis deux ans, il a été souvent arrêté. Ce qui ne l'a pas empêché de faire des résultats, notamment à Roland-Garros. [...] A Bercy, on se demandait s'il allait commencer le tournoi. Je me souviens qu'il m'avait dit qu'il n'était pas très bien, après que le court était trop rapide et qu'il n'aimait pas jouer sur ce genre de surface... En finale, je lui ai dit : 'C'est quand même pas mal, tu bats Murray et Federer, alors que si on t'avait dit sur quelle surface tu aimerais jouer Federer, la dernière surface dont tu aurais parlé, cela aurait été l'indoor rapide !' "

"Lui plus qu'un autre, est capable d'élever son niveau de jeu de manière incroyable"

Pour la finale, les Serbes s'étaient focalisés dans un premier temps sur Tsonga. Le jeu moins identifiable de Monfils pourrait être finalement un atout. Tsonga est un leader "rentre-dedans", Monfils est un leader déconcertant. Qui connaît cependant les codes du groupe : "Le leader de l'équipe pour moi, c'est le capitaine", résumait-il sobrement en Martinique. Forget sait de son côté que son potentiel va bien au-delà du "simple soldat" de Coupe Davis: "Lui plus qu'un autre, est capable, même avec des jours d'entraînement en moins, de retrouver très vite le  haut niveau. [...] Il est extrêmement polyvalent et capable d'élever son niveau de jeu de manière incroyable alors que deux jours avant tu avais l'impression qu'il était à l'article de la mort. [...] Il a cette faculté d'occulter son retard, à aller au-delà, à oublier ce qui s'est passé hier et se concentrer sur le présent."

Monfils n'est pas obnubilé par l'histoire du tennis, il est plutôt du genre à "twitter" entre deux matches. S'il n'est pas du genre à connaître le palmarès des Mousquetaires sur le bout des doigts, il a aussi compris, après un premier match douloureux, qu'on ne pouvait pas prendre la Coupe Davis à la légère. "Le maillot de l'équipe de France pèse lourd", disait-il en début d'année. Malgré un organisme souvent en souffrance, malgré une sensibilité aux évolutions météorologiques de ses émotions, il a prouvé récemment qu'il avait les épaules assez larges pour alléger le fardeau de ses responsabilités. Si Monfils vit Belgrade au présent, non seulement on pourra suivre la finale grâce à ses tweets, mais ses coéquipiers pourront suivre l'exemple.

MONFILS EN COUPE DAVIS = 3 victoires / 1 défaite

2010 France-Argentine (5-0) à Lyon (dur) - Demi-finale
Match N.2 : bat David Nalbandian 6-4, 2-6, 6-4, 6-3

2010 France-Espagne (5-0) à Clermont-Ferrand (dur) - Quart de finale
Match N.1 : bat David Ferrer 7-6(7/3,) 6-2, 4-6, 5-7, 6-4

2010 France-Allemagne (4-1) à Toulon (dur) - 1er tour
Match N.1 : bat Philipp Kohlschreiber 6-1, 6-4, 7-6(7/5)

2009 France - Pays-Bas (4-1) à Maastricht (terre battue) - Barrages
Match N.1 : battu par Thiemo De Bakker 3-6, 7-5, 3-6, 4-6

LES FACE-A-FACE AVEC LES SERBES

MONFILS – DJOKOVIC : 0/5
2005 US Open (1er tour) Djokovic 7-5, 4-6, 7-6(5), 0-6, 7-5
2006 Roland-Garros (1/8 de finale) battu par Djokovic 7-6(5), 7-6(5), 6-3
2008 J.O. Pékin (Dur, Quart de finale) battu par Djokovic 4-6, 6-1, 6-4
2009 M1000 Paris-Bercy (Indoor, Finale) battu par Djokovic 6-2, 5-7, 7-6(3)
2010 US Open (Dur, Quart de finale) battu par Djokovic 7-6(2), 6-1, 6-2

MONFILS – TIPSAREVIC : 2/2
2009 M1000 Monte-Carlo (Terre battue, 1er tour) battu par Tipsarevic 6-3, 6-1
2009 Metz (Indoor, Quart de finale) Monfils 6-1, 4-2 abandon
2009 Vienne (Indoor, Quart de finale) battu par Tipsarevic 6-4, 6-7(8), 6-3
2010 US Open (Dur, 3e tour) Monfils 7-6(4), 6-7(4), 6-2, 6-4

MONFILS – TROICKI : Aucune confrontation
MONFILS – ZIMONJIC : Aucune confrontation

SUIVEZ MONFILS SUR TWITTER : http://twitter.com/monfilsgael

Monfils, leader à part - TENNIS - Coupe Davis



 

 

 

 

 

 

Monfils, leader à part - TENNIS - Coupe Davis

 

 

 

 

 

 

 

LES PHOTOS DE "LA MONF'" :
1.En voiture à Belgrade
2.La photo que prenait Monfils avec son portable (voir photo plus haut en haut de l'article)